cavern

Nantes,​ ​années​ ​90.​ ​Premiers​ ​disques​ ​et​ ​premiers​ ​pas sur scène​ ​de​ ​Dominique​ ​A,​ ​Little Rabbits,​ ​Diabologum,​ ​Miossec…​ ​Jeune​ ​étudiant​ ​en​ ​art,​ ​Aymeric​ ​réalise soudainement que​ ​la​ ​chanson​ ​a quelque chose à dire de son​ ​temps.​ ​Tout​ ​en​ ​poursuivant​ ​ses​ ​études​ ​où​ ​il​ ​réalise​ ​des​ ​films​ ​d’animation, des​ ​clips​ ​et​ ​des​ ​courts​ ​métrages,​ ​ce guitariste autodidacte​ ​s’essaye​ ​à l’écriture​ ​et​ ​au​ ​chant au sein de diverses formations.

Au​ ​fil​ ​des​ ​expériences,​ ​il​ ​développe​ ​un​ ​style​ ​d’écriture, ​un​ ​jeu​ ​de​ ​guitare​ ​à lui et​ commence à travailler sous son nom : il compose​ ​et enregistre​ ​en collaboration un 5 titres​ (En territoire Indien, 2007) et un album (Porte de Sortie, 2011) et se produit sur scène tantôt seul, tantôt accompagné. En parallèle, Aymeric ​créé​ ​des​ ​musiques​ ​de ciné-concerts,​ ​de​ ​performances​ ​ou​ ​de​ ​films​ ​documentaires dans la lignée de ses études.​ ​Féru​ ​d’image​ ​et​ ​de cinéma,​ ​il​ ​réalise​ ​ses​ ​propres​ ​clips​ ​et​ ​visuels​ ​de​ ​pochettes ​avec​ ​les​ ​moyens​ ​du bord, selon le ​credo​​ Do​ ​It​ ​Yourself​.

A​ ​l’automne​ ​2015,​ ​Aymeric​ ​démarre​ ​l’écriture​ ​et​ ​la​ ​composition​ ​d’un​ ​deuxième album​ ​qu’il​ ​envisage​ ​comme​ ​la​ ​somme​ ​de​ ​ses​ ​expériences​ ​passées​ ​autant​ ​qu’un nouveau​ ​départ.​ ​Il​ ​choisit​ ​de​ ​travailler​ ​seul​ ​et​ ​en​ ​home​ ​studio​ ​pour​ ​ne​ ​pas donner​ ​de​ ​limite​ ​à​ ​ses​ ​explorations.​ ​Deux​ ​années plus tard,​ ​​Qu’est-ce​ ​qu’on​ ​y​ ​voit ?​ ​​est édité en autoproduction.



PRESSE

« A l’instar d’un Dominique A ou d’un Yann Tiersen, Aymeric Jeay est un artiste solo mais pas solitaire, évoluant tantôt seul – armé de ses guitares et de pédales samplers qu’il dirige de main de maître – tantôt en groupe. Il est à ranger dans la catégorie de ces song-writers rares et élégants qui parviennent par petites touches impressionnistes à créer un univers délicat et attachant. Quelques écoutes suffisent pour tomber sous le charme de ce garçon à l’écriture affûtée. » (CD1D Labels Indépendants)

 » Ici on entend le blues urbain, le rock malaxé, et enfin quelques bribes de chanson dite traditionnelle. un écho lointain d’une énergie new wave retravaillée et repensée en français, tout simplement (…) un univers personnalisé et poétique. une volonté clairement affichée de raconter des histoires autrement (…)  » (DNA)

 » Aymeric Jeay est un coloriste. C’est de là qu’il vient. Formé à l’école des Beaux-Arts, il a touché au dessin animé et au cinéma avant que le son – travaillé jusque là en appoint – ne recouvre l’image, avec un désir constant d’écriture (…) Il y a quelques jolies pistes sur Au diable les sirènes, dont les lignes évidentes de ritournelles réjouissent les oreilles entre d’autres lignes plus anguleuses. «  (Reflets DNA)

 » Minimaliste mais jamais minime, l’univers d’Aymeric fait songer à cette frange d’une nouvelle scène française en clair-obscur – et a on raison. Mais tout aussi bien on se trompe : guitare-voix exigeante et maitrisée, rock avec des élans électriques, l’unité est à chercher dans les textes, mélancoliques et élégants. » (CUT la Revue).

 » Ce dernier, après avoir goûté au punk wave, sample maintenant ses états d’âme aux sons de sa guitare dans un univers bien personnel fait de pop, de blues et d’électro (…) » (L’Alsace).